IBRIDE X THYSSEN

Le nouveau Yuan Eden est le fruit de la première collaboration entre la Maison ibride et un musée. C’est aussi l’occasion d’instaurer un partenariat pour l’emblématique collection des Faux-semblants, entre peinture classique et création contemporaine.

RENCONTRE ENTRE

LA MAISON IBRIDE ET LE MUSEE THYSSEN

 

Odoo CMS - une grande photo


 

Le musée Thyssen-Bornemisza, installé à Madrid depuis 1992, dispose de la plus grande collection privée d’art d’Europe. La maison d’édition française ibride, quant à elle, s’attache à partager un ancrage artistique profond en proposant des créations audacieuses et personnelles. Lorsque le musée sollicite ibride, cette rencontre entre artistes et haut lieu culturel est immédiatement motivée par le désir commun d’honorer la peinture classique avec une création particulière. Ainsi, le musée met à disposition son fond d’œuvres exceptionnel en laissant à Rachel Convers la liberté de faire une réinterprétation contemporaine des tableaux de son choix.

« J’ai connu ibride il y a des années lors du salon Maison & Objet et ai tout de suite eu un coup de cœur pour ses créations et son univers particulier. Naturellement, j’étais heureuse d’apprendre la collaboration entre le musée Thyssen-Bornemisza et ibride. C’est l’opportunité rêvée de célébrer et répandre l’art à travers le monde et cela nous permettra d’ouvrir les portes du musée à un public international. »

Ana Cela, directrice de publication du musée Thyssen-Bornemisza.

Odoo image et bloc de texte
Odoo image et bloc de texte

Le projet suscite une effervescence collective au sein de l’équipe et notamment pour les designers qui éprouvent un attachement particulier pour ce musée. Et pour cause, puisque le musée Thyssen-Bornemisza est le premier musée européen que Rachel et Benoit Convers aient visité, des années auparavant lors d’un voyage d’étude. Ainsi rattrapée par le destin, Rachel Convers retranscrit le sentiment d’euphorie qui l’a saisi lors de sa première visite dans ce musée par de petits papillons blancs qui invitent à promener le regard d’œuvres en œuvres. Le service de table Yuan Eden est l’histoire d’un jardin merveilleux, où de subtils créatures nous incitent à voltiger au dessus de mystérieux fruits dorés et à effleurer des corps dénudés.

 
 

Pour créer cette nouvelle pièce maîtresse de la collection des Faux-Semblants, Rachel Convers s’est inspirée de nombreux artistes du seizième siècle. À partir d’un éventail d’œuvres aux styles différents, les portraits jusqu’alors figés et individuels se réunissent afin de ne former qu’un seul et même grand tableau qui se dévoile une fois le service de table déployé. Pour le jeu d’assiettes, elle s’est laissée transportée par des portraits féminins de François Clouet et Giovanni Antonio Boltraffio ainsi que par une toile de Jan Gossaert. La designer propose une ode à la beauté en retranscrivant la sensualité de corps nus inspirés d’œuvres de Hans Baldung Grien, Maduse et Cranach l’Ancien. Les décors des saladiers quant à eux sont tirés d’une nature morte du célèbre peintre néerlandais Willem van Aelst. Tel un puzzle d’une histoire à reconstituer, Yuan Eden nous invite à découvrir les chefs d’oeuvres du musée.

Odoo image et bloc de texte
Odoo image et bloc de texte
Odoo image et bloc de texte

La collaboration entre ibride et le musée Thyssen-Bornemisza apporte une nouvelle dimension graphique à la collection des Faux-semblants, racontant ainsi une histoire d’amour absolue. La fusion entre la peinture classique du seizième siècle et la création contemporaine est accentuée par les éléments réalistes qui habillent les œuvres originales. Une fois encore, ibride laisse s’épanouir des songes suspendus en théâtralisant l’usage de ses subtils vaisseliers qui se laissent visiter d’un regard curieux…



Cécile Avocat