Genèse du Mobilier de Compagnie

« Notre objectif reposait sur la conception d'un meuble à la fois porteur de vie et doté d'une personnalité » 

Benoît Convers, designer ibride

Clarico-Image-Text

Le mobilier de compagnie, composante essentielle de l'identité d'ibride, naît en 2003 lorsqu' ibride souhaite intégrer le marché des meubles d'appoint. 

Avec comme vecteur l'envie d'un meuble qui suscite l'émotion, à la fois mobile, facile à déplacer et autour de la notion de nomadisme, Benoît Convers dessine Sultan. L'intelligence de conception se lit déjà dans cette première création qui déclenche la confusion entre l'objet et l'animal. 

La relation entre l'acheteur/propriétaire du mobilier et ce dernier est personnelle, spéciale, tant cette collection éveille la subjectivité. Carine Jannin parle des coulisses de conception et explique que l'idée était de doter l'objet, dans sa forme animal, d'une âme. Le caractère émotionnel n'est pas le seul à habiter le mobilier ibride, d'autres aspects uniques composent ces créations. Il y a la cohérence entre les pieds et l'assise ou encore l'utilisation d'une unique matière à la fois pour les horizontaux et les verticaux. Ces éléments constituent la signature d'ibride et dessine sa légitimité au sein d'un marché si concurrentiel. 

L'idée de trancher, d'enlever une partie des choses accentue également la singularité du mobilier de compagnie ibride. Carine Jannin déclare qu'il s'agit d'un «tranchage au service de la fonction, où l'identité se créé à travers les pattes de l'animal». 

En 2005, le tranchage de Diva accompagné d'une sensation de mouvement au sein de l'objet fait prendre un cap différent à la collection. Avec cette console murale autruche, ibride remporte le Prix de la Découverte au salon Maison et Objet de Paris. Best seller du mobilier, Diva, féminine et caractérielle, est le fruit du travail de Benoît qui imagine et créé les objets dans l'espace et de Rachel qui, en travaillant en deux dimensions, intervient sur les silhouettes animalières. 

Clarico-Text-Image

« Chaque projet était l'occasion d'aller plus loin dans l'assemblage technique »  

Benoît Convers

En 2006, avec une collection remplie de caractère et d'innovations, ibride marque et attire. C'est durant cette année là que le designer Bruno Renaldi approche Benoît Convers en lui proposant de créer une pièce monumentale destinée à être exposée dans sa galerie pendant le salon de Milan. 

Clarico-Text-Image

Prouesse technique et esthétique, l'ours Joe  est conçu à cette occasion, le designer Benoît Convers déclare à ce sujet « Joe c'était l'envie de faire un gros prédateur au milieu des chiens, moutons, autruches ...  ».

Réalisé à l'échelle 1, Joe retrouve sa grandeur nature lorsque sa fonction de bibliothèque est utilisée.

 Mais le projet ne s'arrête pas à la conception : ibride avec une série limitée de 50 numéros vendus en six mois dote ses Joe d'une histoire les ramenant aux siens. Pour alerter sur la condition des ours polaires face au réchauffement climatique, Benoît Convers créé une micro-communauté matérialisée par un site internet avant-gardiste « Joethepolarbear.com ».
Au travers d'une carte du monde, chacun des 50 Joe est localisé et les « propriétaires » de ces bêtes grandioses donnent de leurs nouvelles.

« L'idée était de dire qu'ils sont rares comme les vrais et donc de les tracer comme pour prendre soin du cheptel »
Benoît Convers. 

« Depuis 10 ans, nos créations se font en réseau interne ce qui nous permet d'aller plus loin »

Carine Jannin 

La génération II du Mobilier de Compagnie adopte de nouvelles postures, les créations deviennent multifonctions avec une matière contenant plus de tensions, on peut le remarquer autour de Maturin et Junon notamment . 

La conception est améliorée, avec comme ligne éditoriale constante le défi de repousser la liberté créative et conceptuelle.

Clarico-Image-Text

Et cette idée de repousser les limites mène à des créations uniques, qui parfois s'émancipent du tranchage. C'est le cas pour Fausto et la série de corbeaux entre autres, des créations qui insérer dans un lieu dote ce dernier d'une histoire. 

Clarico-Image-Text

Le dernier né de cette deuxième génération est Horace une véritable prouesse technique. Puisant sa source dans la dextérité des chamois à grimper sur le barrage de Cin Gino, Benoît Convers étonne une fois de plus avec cette audacieuse création. En s'imprégnant de l'émotion émanant de cet animal vertical sur la paroi, le designer explique que ce projet était « l'occasion de faire un animal surplombant le reste. ». 

Avec comme trace de son passage les étagères murales La Voix d'Horace, ce grimpeur d'exception, dans un équilibre harmonieux, inspire sentiments et sensations. 

Avec 22 membres, le mobilier de compagnie ibride habille, habite et rend iconique les lieux dans lesquels il évolue.
Ces âmes porteuses d'émotions ne peuvent laisser indifférent tant dans leur forme que dans leur fond. 

Conception rédaction : Salomé Laurent

Genèse de la Galerie de Portraits

To install this Web App in your iPhone/iPad press and then Add to Home Screen.